Dernières fois

3 juillet

Dernière fois que je suis là, dernière fois que je te vois, dernière chose à se dire... à six jours du grand départ, c'est bien ce cycle qui a commencé.

 

Une infinité de choses à faire, à vérifier, à ajuster, avec la certitude de toute manière d'en oublier une bonne part.

 

Et au milieu de ce programme effréné, les jours ne passent pas sans offrir encore une moisson inespérée et de merveilleux instants.

 

Allons-y pour la liste, puisqu'il semble déjà que ce sera le mode opératoire privilégié de mes envois à venir... bah, ça a son charme l'inventaire, au moins rien n'y est hiérarchisé, et ça dispense de bien des commentaires.

 

donc, de ces derniers jours, il faudra garder :

 

- le souvenir de points de sûture trop ajustés

 

- des réveils bien précoces

 

- une question magnifique lors de la rencontre avec les élèves de la classe d'accueil, "Monsieur, à quoi vous pensez sur votre vélo ?"

 

- une histoire d'herbe serbe

 

- une immense excitation teintée d'appréhension, à moins bien sûr que ce ne soit l'inverse

 

- la liste de toutes ces choses qu'on ne fera plus avant une bonne année, de tous ces menus objets qui nous encombrent et dont pourtant on ne se désaisit pas sans peine. eh oui, parce qu'on peut se croire affranchi tant qu'on veut, ramener son bien au contenu de deux sacoches est une drôle d'expérience ! les objets inanimés, bien malin qui dira s'ils ont une âme, le sûr est qu'ils nous aident à dessiner les contours de la nôtre. La voilà un peu la vraie incertitude : enlève-moi les gens qui m'entourent, les lieux que je fréquente, les objets dont je fais mes prothèses, tout ça tombe à l'eau, qu'est-ce qui reste ?

 

Mais ces derniers jours, c'est aussi la joie de quelques rencontres qui balaient bien des inquiétudes.

Écrire commentaire

Commentaires : 9
  • #1

    Romain un ami maltoshien qui te veut encore et toujours du bien ... (samedi, 04 juillet 2009 12:21)

    Présent le 23 juin pour applaudir des deux mains cette soirée musicalement fort réussie et n'ayant pas pu te saluer à cette occasion, je voulais juste t'adresser un énorme big up et 1001 yep yep avant ton départ et t'écrie à la façon des bérus : salut à toi ô mon frère, salut à toi le Molodoi, salut à toi le Ravachol ...

  • #2

    JB Jullien (jeudi, 09 juillet 2009 15:50)

    Voila un lien youtube vers la vidéo de Fr3.
    http://www.youtube.com/watch?v=HUpYwopkSc8

    JB

  • #3

    JB Jullien (jeudi, 09 juillet 2009 19:56)

    Voila le lien du reportage sur France Inter.

    http://www.youtube.com/watch?v=2xmq36PgE_4

  • #4

    michel vaillant (vendredi, 10 juillet 2009 16:21)

    Bon voyage, je posterai des infos régulières de votre périple sur mon blog...

    M.Vaillant, siège de la ligue
    vaillantm@ligue-cancer.net

  • #5

    bouliered@ligue-cancer.net (lundi, 13 juillet 2009 12:55)

    BRAVO POUR VOTRE INITIATIVE COURAGEUSE... NOUS PENSONS BIEN A VOUS ET SAVONS QUE TOUT SE PASSERA BIEN, vous allez voir et rencontrer des personnes merveilleuses et vous le méritez bien, bon voyage !
    amitiés

  • #6

    Comité de Vaucluse de la Ligue Contre le Cancer (jeudi, 16 juillet 2009 14:57)

    Bravo pour ce challenge.
    Tous nos voeux de bohneur et de plaisir pour cette belle
    Aventure.

    Le Comité de Vaucluse de la Ligue Contre le Cancer

  • #7

    Audrey (samedi, 18 juillet 2009 14:10)

    Il ne reste pas grand grand chose et pourtant, encore une fois on survit.. à la rencontre d'un nouveau soi qu'on ne connaissait pas encore, sans aucun doute.

  • #8

    blandine (jeudi, 23 juillet 2009 14:26)

    Nous pensons très fort à toi! 15 jours se sont écoulés depuis ton départ et chaque jour qui passe, chaque matin vous êtes toi et Gabrielle toujours dans nos pensées Nous sommes à vos côtés à chaque coup de pédale !!! A bientôt sur le site
    Blandine, Catherine, Jacquy et Louison

  • #9

    Comité Seine-St-Denis Ligue contre le cancer (jeudi, 23 juillet 2009 14:45)

    Tous les bénévoles te soutiennent et pensent très fort à toi et à Gabrielle !!!!!
    Bravo pour ton courage !! on vous admire tous !!!
    A très bientôt
    Les bénévoles du Comité

Trois groupes se sont ligués

27 juin

 

Trois groupes se sont ligués, des gens bien, des gens fiables, des gens qui maîtrisent leurs instruments, des gens fiers, qui savent ce qu'ils font, comment ils doivent le faire, des gens sur qui l'on peut compter.

 

Pas le genre de personne qui rédigerait un article pour son blog, pendant une heure, puis qui serait rattrapé par sa part obscure et fermerait inopinément le document sans sauvegarde préalable...

 

Merci à vous, Maltosh, Monsieur Melon, PPFC, vous avez fait de cette soirée un moment merveilleux, une immense réussite, un premier jalon mémorable sur la route. L'affiche l'annonçait, c'est fait, vous avez accompagné les premiers km en musique ! et plus important encore, vous avez donné consistance, et de la plus talentueuse façon possible, à cet objectif qu'avec la Ligue contre le cancer nous avons placé au coeur même de tout ce projet " infléchir, tant soit peu, le regard que chacun porte sur le cancer et sur ceux qui y font face", cet imperceptible changement de perspective qui certes en lui-même n'est la solution à rien, mais qui pour autant ne manque pas de compter énormément.

 

Grâce à vous, et grâce à tous ceux qui ont contribué à cette soirée, nous avons pu parler d'un sujet grave en nous tenant à égale distance du désespoir cynique à la Desproges (Pierre, si tu m'entends, le prends pas contre toi, mais avec la Ligue contre le cancer, on se voyait pas reprendre à notre compte une tirade pourtant aussi dévastatrice que : "Métastase, Schwartzenberg, Tumeur, Espoir. Cherchez l'intrus"...)  et du compassionnel lacrymal avec vrais morceaux de pathos confit à l'intérieur, nous avons pu porter grâce à vous une forme de témoignage aussi économe de ses mots que possible, où la musique et les coups de pédale parlent plus et mieux que bien des phrases.

 

Merci pour votre générosité, pour le talent et l'énergie, et pour n'avoir pas hésité une seconde, et ce n'est pas rien, à avoir cette audace de vous placer au service d'une cause qui, pour être évidemment louable ,n'en est pas pour autant la plus glamour, et qui a tôt fait trop souvent d'effrayer les mieux intentionnés. Votre courage est un merveilleux exemple.


Pour voir les photos du concert, cliquez ici

Écrire commentaire

Commentaires : 0

F.A.Q

20 juin

Plus de trois semaines maintenant que mon Azub et moi exhibons nos couleurs (respectivement orange et bronzissant) sur différents itinéraires tous tellement inadaptés à la pratique sereine du pédalage allongé (Bastille, République, Nation, tant de souvenirs de manif, tant de priorités à droite saccagées, mollestées, ravagées...). Trois semaines et même plus que chaque virée apporte sa moisson de commentaires/remarques/questions.

Azub est donc : pour les uns "chan-mé" ou "michto", pour d'autres "classe" ou "staïlé" (je n'omets pas de préciser que pour certaine, il fut :" 'tain c't affiche !!"). Mentionnons également la réaction scandalisée d'un gamin en référant au jugement de sa mère : "Maman, c'est pas du vélo c'qu'y fait l'monsieur !".

Evidemment sur un spectre très large, toute une gamme de regards et/ou de sourires, allant probablement de: " Mon Dieu, qu'est-ce qu'ils vont pas chercher pour se faire remarquer ! triste époque..." à " si c'était mon fils jamais je le laisserais courir la chute là-dessus", avec naturellement une majorité de regards prolongés dont la meilleure transcription pourrait être : " ? ... ?? ... ??? ... !!! - 'tain r'gard' - ??? !!... ".

 

une question remarquable : "m'sieu, on peut faire des roues ?"

 

une question qui me flatte, posée par un auguste vieillard à l'accent serbe annonciateur d'étapes estivales : " tu l'as fait toi-même ?".

 

une question très fréquente - précède-t-elle un braquage en bonne et dûe forme ? : "m'sieu, ça vaut combien ?"

 

une remarque de bon sens : "t'endors pas" (à rapprocher de: "c'est un hamac ?" et de "trop bien pour la sieste !").

 

sur un mode mi-envieux mi-complice : " trop bien pour les abdos".

 

et naturellement, "c'est dur ?", "c'est facile ?", "c'est dur ou c'est facile ?", "c'est pas trop dur ?", et autres variantes. 

 

question embarrassante : "comment tu tiens à l'arrêt ?", réponse gênée : " bah, euh, tu mets le pied par terre..."

 

voilà pour un bref échantillon, demain la liste des 132 personnes ayant passé le test de l'essai, temps de prise en main entre 5 s et 10 mn.

 

et puis, ce n'est ni une question ni même vraiment un commentaire, à peine une salutation, et peut-être pourrait-on y trouver une sonorité aimable, mais pour moi elle est comme ce premier cheveu blanc découvert l'autre jour, un drame intime : traversant nuitamment Pantin, de joyeux lascars, tenant les murs de leur hall d'immeuble tels des atlantes, me saluèrent ainsi, alors que j'étais en plein effort dans une de ces inévitables côtes montant aux Lilas : "Salut l'Ancien !" (la majuscule est de moi, pathétique consolation...)

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Xavier Jullien (samedi, 04 juillet 2009 10:17)

    je complète : le vélo est également "frais". merci au jeune public

  • #2

    David BM (samedi, 04 juillet 2009 10:18)

    Hier, au déjeuner, ou plutôt, juste après, pendant la séance photo, c'est me tenant à l'écart, que j'en ai capté une belle sur ce thème inépuisable :
    "Mais c'est pas un vélo, c'est un chameau!"
    Ca laisse songeur ...

En finir avec le Pen-Ar- Bed

1er juin

Question de géographie : peut-on partir de Seine-Saint-Denis et néanmoins rouler "d'un Finistère à l'Autre" ? Question moins simple (et plus intéressante) qu'elle n'en a l'air !

Et pour en finir avec la question "est-ce que tu vas passer par Ker Landiviguilnec ou bien par Saint-Plougar-Beudou-du-Calvaire ?", il va falloir dégainer deux choses indispensables à un raisonnement bien balancé : des définitions, et une jolie notion, l'échelle.

 

Finistère : Un finisterre est l'extrémité d'une terre, avant l'océan, ou la mer.
Pour la France, la Bretagne est un finisterre
 

 

magnifique définition, qui nous aménerait éventuellement à une querelle d'orthographe, dont on n'hésitera pas à se dispenser, merci !

 

(pour une définition alternative, hautement sujette à caution : http://encyclo.lapin.org/index.php?number=265)

 

Maintenant, la question de l'échelle. Ce qu'on va appeler extrémité dépend, qui prétendra le contraire ?, des dimensions de ce dont on regarde l'extrémité (pas de commentaire).

Donc, la statue d'Henri IV est au finisterre de l'Ile de la Cité, la Bretagne est le finisterre de la France, le Finistère est le finisterre de la Bretagne, et la Pointe du Raz est le finisterre du département 2-9 (en force !, c'est un réflexe).

 

Et maintenant, opération mentale de funambule, je change d'échelle, petite échelle (le bouton - sur Google Map, beaucoup de clics), et alors, oui, sur une musique grandiose la vérité nue apparaît, la France est le finisterre de l'Europe (elle-même finisterre de l'Eurasie, mais chut...). Or, la Seine-Saint-Denis est le coeur vibrant de la France, son barycentre, donc :

 

Sans même passer par Ploudalmézeau, je roulerai d'un finistère à l'autre, au mépris de l'orthographe mais pas de la géographie.

 

Voilà, c'était la dernière apparition de cette question.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Pierre-Emmanuel (jeudi, 23 juillet 2009 22:25)

    mais Xavier, en regardant la carte je dirai plutot que l Espagne est le finisterre de l Europe ;-)

Quitter la Seine St Denis

30 mai

Il n'y a pas pour faire rêver que les frontières lointaines, exotiques, gardées par des visas et des militaires hautement corruptibles quoique sévérement moustachus. L'aventure commence aujourd'hui avec le passage d'une ligne impalpable, celle qui de Montreuil à Vincennes nous fait insensiblement quitter les vastes horizons séquano-dyonisiens (si si !!) pour pénétrer hardiment les hautes terres val-de-marnaises. Grisant ! Grisant pour peu qu'il fasse beau, et que cela se fasse sur un vélo Azub, visiblement vendu et livré avec le kit "fais sourire les enfants, étonne les passants et fais freiner les chauffards même confirmés". Appelons-le le kit "bonne humeur", si l'on se fie aux commentaires glanés au long du chemin.

Voilà donc abattus les premiers 30 km, et bravés quelques passages aussi critiques que le cauchemar de Galliéni (avis aux connaisseurs) ou les puces de Montreuil, aussi commodes au vélocycliste que le Cap Horn au pêcheur de crevettes.

 

Voilà, il faut toujours un bel effort d'imagination pour se représenter ne serait-ce que le passage des Alpes, mais un fait est aujourd'hui acquis, entériné et acté : le passage de la Marne !!

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Le vélo est arrivé!

21 mai

Donc, il est enfin arrivé le mulet qui devra m'emmener jusque là-bas... l'idée est si saugrenue et effrayante que le carton demeure inviolé jusqu'au lendemain de la livraison. Puis trois coups de cutter timides, deux tours de clé Alène (commentaire orthographique souhaité), le vélo est prêt, orange et tchèque.

Tout à apprendre : démarrer, s'arrêter, tourner, accepter de croiser des véhicules, démarrer au feu, se composer un air détaché quand tout désigne mon Azub comme la dernière incongruité des Lilas, découvrir ce qu'il peut y avoir de tendons, muscles et ligaments qui tricotent dans les pieds et se mettent les uns après les autres à clignoter rouge, oser une première pente, s'arrêter au milieu, sec, NE PAS penser aux cols qu'il faudra passer, répondre poliment que non, vraiment, Monsieur, c'est pas le moment de me l'emprunter pour un essai...

Un début épuisant autant que grisant !

 

Pour voir les photos de l'arrivée du vélo cliquez là

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Marienet (jeudi, 16 juillet 2009 20:15)

    Allen!
    Chapeau pour ce merveilleux et audacieux projet que je vais suivre de près car c'est un de mes rêves exacts!